Grand Cognac: Veolia pris la main dans le sac

La société, qui gérait l’eau potable sur Cognac jusqu’au 31 décembre 2019, aurait transmis de faux chiffres, à la collectivité, depuis une dizaine d’années. Masquant un réseau en mauvais état. Il y aurait « plusieurs millions d’euros de préjudice ». Par charentelibre.fr, publié le 

Véolia dans le viseur de Grand-Cognac: un préjudice estimé à plusieurs millions
L’agglo de Grand Cognac a déposé plainte début novembre. J.P.

L’agglomération de Grand Cognac a déposé plainte contre X le 6 novembre auprès du procureur de la République, pour des faits « d’escroquerie, de faux et usage de faux et de détournement de fonds publics ». C’est ce qu’a annoncé, ce jeudi matin, son président, Jérôme Sourisseau, lors d’une conférence de presse. 

Dans son viseur: Véolia, titulaire du contrat de gestion de l’eau potable depuis 1974 et jusqu’au 31 décembre 2019, sur le secteur de Cognac. La société est soupçonnée d’avoir transmis à la collectivité, au travers de ses rapports annuels, de faux chiffres, indiquant que le niveau de rendement était bien supérieur à ce qu’il était, en fait, dans la réalité. « Ces dix dernières années, dans les rapports, le taux s’établissait autour de 85% », explique Mickaël Villéger, vice-président en charge du petit et du grand cycle de l’eau.

Le rapport établi pour l’année 2019, la dernière avant que Véolia ne passe la main à Agur, et transmis en juin dernier à l’agglo, fait apparaître un taux de rendement en chute libre à 62,7%. Après avoir prétexté une grosse fuite dans l’année, « Véolia nous a confirmé qu’il y a eu tricherie et que les chiffres ont été modifiés depuis 2008 », indique Jérôme Sourisseau, qui se retrouve face à « un patrimoine très dégradé qui va devoir être remis en état ».

La procédure pénale devra mesurer le préjudice global, évalué par l’agglo à « plusieurs millions d’euros », pour la collectivité, pour l’Agence de l’eau, mais aussi pour les usagers, qui risquent de voir leur facture grimper pour remettre en état le réseau… Elle devra aussi déterminer la responsabilité. « On ne sait pas si ça vient de Véolia ou d’un salarié… » note Jérôme Sourisseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *