Bordeaux Métropole : « Aujourd’hui il faut aller de l’avant »

Sylvie Cassou-Schotte, la vice-présidente écologiste de la Métropole en charge du dossier de l’eau est en désaccord avec Trans’Cub après avoir été longtemps aux côtés de l’association. Par Dominique Richard, publié dans sudouest.fr le 30 mars 2021.

Trans’Cub et Sylvie Cassou-Schotte, désormais vice-présidente de la Métropole en charge de la délégation eau et assainissement ont fait par le passé un bon bout de chemin ensemble. « J’étais à leurs côtés. Je défendais les mêmes causes », convient l’élue écologiste. Mais aujourd’hui, celle qui assurera la présidence de la régie de l’eau assume sans état d’âme l’absence de Trans’Cub au sein du futur conseil d’administration. « Au début du mois, j’ai présenté le projet devant la commission consultative des services publics locaux où Trans’Cub est représentée en indiquant que deux places seraient réservées aux associations. Plusieurs d’entre elles se sont fait connaître. Trans’Cub n’a pas fait acte de candidature. »
Si tel avait été le cas, l’élue admet qu’au regard de la procédure juridique en cours, cela aurait sans doute posé quelque difficulté. Parmi les postulants qui se sont manifestés, la Métropole a retenu la Sepanso, l’association de défense de l’environnement, et Consommation Logement et cadre de vie (CLCV)

« Aller de l’avant »

D’ici quelques mois, Trans’cub et la Métropole seront adversaires devant la cour administrative d’appel, à qui l’association demande de déclarer caduc depuis 2015 le contrat de délégation du service public de l’eau qui a été prolongé jusqu’au 1er janvier 2023.

« Je ne conteste pas leur légitimité. Ils ont été très actifs en faisant avancer la réflexion par rapport à la marchandisation de l’eau. Mais aujourd’hui, il faut aller de l’avant. Ce qui importe, c’est de tout mettre en œuvre pour garantir la réussite du passage en régie. » Ce qui, pour la nouvelle majorité de la Métropole, suppose de renoncer au combat contre Suez, héritage d’un passé qu’elle est désireuse de solder.
« Trans’Cub n’a pas bougé dans ses positions », regrette Syvie Cassou-Schotte. Pour l’instant, ils n’appartiennent pas au conseil d’administration. Mais cela ne veut pas dire qu’ils n’en seront pas un jour.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.