Fleury-les-Aubrais: débat à l’initiative du collectif citoyen

La création récente d’une régie municipale de l’eau à Fleury est le premier résultat concret du collectif citoyen sur la route de son objectif : la municipalisation totale de la production et de la distribution de l‘eau dans notre commune. Cette réussite, pour importante qu’elle ne soit, ne doit pas nous faire oublier qu’elle n’est qu’une étape.

Qu’en est-il aujourd’hui de l’exigence sans cesse réaffirmée par plus de 3 000 Fleuryssoises et Fleuryssois d’obtenir une entière gestion municipale de l’eau dans notre commune ? L’eau est indispensable à la vie et doit être accessible à tous au meilleur prix!

Il nous appartient à nous, citoyennes et citoyens, de nous assurer que l’exploitation et la distribution de notre bien commun soient gérée dans notre intérêt. L’expérience des nombreuses communes françaises qui sont retournées à une gestion entièrement publique de l’eau est très instructive. Elle montre qu’il n’est pas possible pour une municipalité de se faire une idée indépendante des comptes d’une entreprise privée. La baisse du prix du m3 de ces dernières années en est la démonstration : les Fleuryssois payaient depuis très longtemps leur eau au moins 30 % de trop. Une municipalité qui délègue la production et  la distribution de l’eau n’est pas en mesure de peser en faveur d’une gestion économe ; elle ne peut pas obtenir le prix du m3 le plus juste.

En signant un contrat avec la Lyonnaise des eaux, la municipalité de Mme Linguet ne tient aucun compte de la signature de 3 000 habitants de Fleury. D’emblée elle envisage le maintien du prix de l’eau à 1,25 € le m3 pendant les trois années qui viennent et abandonne l’idée de P. Bauchet de l’amener progressivement à 1 € Comment ce revirement est-il possible ? Qui va empocher la différence ? Va-t-elle servir à l’entretien du réseau ? Comment la municipalité a-t-elle pu tolérer que la SAUR soit  incapable de donner le bilan du remplacement des canalisations en plomb ?

Dans ces conditions, pourquoi devrions-nous faire confiance à un nouvel exploitant privé dont les intérêts, vous le savez, sont différents des nôtres ? La moindre des choses ne serait-elle pas que le conseil d’exploitation exerce un véritable contrôle de gestion ?
Pourquoi n’obtenons-nous aucune réponse à nos questions sur une expertise indépendante du réseau, sur l’abandon du projet de baisse du prix de l’eau, sur l’oubli d’une politique sociale ? Croyez-vous que le nouvel exploitant ait l’ambition d’assurer la qualité de notre eau au prix le plus bas possible ? Croyez-vous que le nouvel exploitant s’engage à perte dans la reprise de l’exploitation et de la distribution  ? Nous sortons d’une exploitation qui a profité à qui ? Pour en retirer quels avantages ?

Venez en débattre et réaffirmer vos exigences.

L’EAU, BIEN PUBLIC, EXIGE EXPLOITATION ET DISTRIBUTION PUBLIQUES

Assemblée générale du collectif constitué par les 3 000 signataires

le 16 février 2015 à 20H00 Salle François Villon

Avec la participation de Maurice MARTIN

Président de l’AREP-CAMY (Association pour le Retour de l’Eau en régie Publique dans la

Communauté d’Agglomération de Mantes en Yvelines)

COLLECTIF CITOYEN POUR LA MUNICIPALISATION DE L’EAU A FLEURY-LES-AUBRAIS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.