Guadeloupe: les usagers exigent l’ouverture de négociations

Nous, Associations de Défense des Usagers de l’Eau, organisées au sein du LKP

  • DOUBOUT POU DLO AN NOU, Usagers de la Communauté des communes du Nord Grande-Terre
  • K-DLO, Usagers de Cap Exellence
  • KOMITÉ DLO NÒBASTÈ, Usagers de la Communauté des Communes du Nord Basse-Terre

Déclinons l’invitation qui nous a été faite de participer à « la séquence sur la thématique de l’eau » à l’occasion de la visite de M. Macron en Guadeloupe, sur un chantier de rénovation de canalisation par Cap Excellence à Caraque aux Abymes.

Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une opération médiatique destinée à nous bluffer une fois de plus. Ce ne sont ni la visite d’un chantier, ni la signature d’une convention vèglaj entre le Préfet, le Président du Conseil Régional et la Présidente du Conseil Départemental qui pourront masquer la grave crise que traverse le service public de l’eau potable en Guadeloupe.

En aucun cas, nous ne servirons de décor à M. Macron et à ses acolytes directement responsables de cette gabegie alors que l’eau du robinet, à cause du chlordécone et des micro-organismes de toute sorte qu’elle contient, constitue un véritable danger pour la santé humaine, comme l’a confirmé le rapport de la mission inter-inspection.

Nous, DOUBOUT POU DLO AN NOU, K-DLO, KOMITÉ DLO NÒBASTÈ, réaffirmons que :

  • les seuls responsables de cette crise sont ceux qui avaient en charge la gestion de l’eau en Guadeloupe au cours de ces 40 dernières années et qui ont choisi de confier cette gestion, en se servant au passage, à des sociétés privées qui en ont tiré de super profits au détriment de l’intérêt général et cela avec l’accord de l’État;
  • les principales victimes sont les usagers de l’eau qui ont payé et continuent à payer une eau que souvent ils n’avaient pas dans leur robinet et qui les empoisonne à petit feu quand ils ont la « chance » d’en avoir;
  • nous ne sortirons pas de cette crise grave si l’on ne tient pas compte du point de vue des usagers de l’eau.

D’ores et déjà, nous refusons de continuer à payer une eau qui n’est pas potable et qui détruit lentement notre santé.

Nous exigeons le respect et l’application des engagements pris par l’État et les Collectivités sur la question de l’eau dans le protocole d’accord du 04 mars 2009.

Nous demandons l’ouverture de négociations entre les autorités et les représentants des usager de l’eau pour la création d’un service public de production et de distribution de l’eau en Guadeloupe sans délégation de service public.

Aucun retour à la confiance ne sera possible sans une négociation sérieuse avec les usagers de l’eau.

Pour les Associations DOUBOUT POU DLO AN NO,K-DLO, KOMITÉ DLO NÒBASTÈ
Ismar OGUENIN, 0690846461

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>