Midi Pyrénées : le front de G’Auch’ s’engage!

Auch. L’eau, éternel sujet de campagne

Publié le 14/03/2014 , La Dépêche

Joëlle Reynaud, tête de liste «L’Alternative, le Front de G’Auch», mercredi soir au Mouzon./Photo DDM, N. Debbiche

La liste conduite par Joëlle Reynaud fait de la régie municipale de l’eau son sujet de campagne. Ce dossier auquel la municipalité sortante n’a pas renoncé a déjà fait l’objet d’un débat tranché en 2011.

L’eau des Auscitains gérée directement par les Auscitains et non pas confiée à des entreprises privées comme Véolia, tel est le thème de campagne de la liste des alternatifs conduite par Joëlle Reynaud. Mercredi soir, une réunion publique était organisée sur ce thème. Une cinquantaine de personnes y ont participé et ont entendu les interventions de deux invités, Patrick du Fau de Lamothe, conseiller régional d’Aquitaine, et Bernard Magné, le président du syndicat intercommunal des eaux du bassin de l’Adour gersois. Exprimée en introduction par Joëlle Reynaud et ses colistiers, la position de la liste «L’Alternative, le Front de G’Auch» est claire. Elle tient en une formule sans appel : l’eau est un bien commun, elle ne doit pas rapporter un centime aux actionnaires d’une société privée. Et la tête de liste d’ajouter : «L’équipe qui sera élue en 2014 sera celle qui devra choisir de mettre en place la régie municipale de l’eau en 2017.» 2017 est en effet l’année où s’achève le contrat de délégation de service public (DSP) confié en 2011 à Véolia et à la SAUR. L’année où se reposera la question du passage en régie auquel l’équipe du maire sortant n’est pas du tout hostile. «C’est même pour cette raison que nous avons volontairement limitée à six ans la durée du contrat passé avec Véolia» explique Maurice Salles, l’adjoint au maire chargé du dossier. Partisan avec d’autres du passage en régie, l’élu communiste qui ne se représente pas, a fait le forcing lorsque la question s’est posée en 2011. Les études comparatives réalisées entre les propositions des entreprises privées et une option de passage en régie ont mis en évidence un surcoût de 600 000 € pour la régie. Sur un budget annuel d’environ 2 millions d’euros, l’écart est énorme. La raison ? «La ville ne dispose pas des capacités techniques et des savoirs faire suffisants pour faire fonctionner une régie» explique Maurice Salles. C’est donc le choix de la DSP qui a été fait avec une première conséquence heureuse pour les usagers : le prix de l’eau a baissé en moyenne de 20 %. «Pour autant, dit-il, nous n’avons pas renoncé et nous mettons à profit la durée du contrat de délégation pour nous doter de l’expertise et des ressources nécessaires.» Le dossier reste ouvert.


repères

Le chiffre : 12. 500

abonnés >

au service de l’eau. C’est environ le nombre d’abonnés sur Auch.


Gestion transparente

Délégation à une entreprise privée ne signifie pas non plus opacité. Une régie de contrôle et de surveillance a été mise en place. Des élus et des représentants de cinq associations y siègent et veillent deux fois par an au respect des dispositions du contrat. Un système particulièrement contraignant pour le délégataire qui doit également remettre chaque année au mois de mai un rapport d’exploitation détaillé. En 2010, la Ville s’est dotée d’un service de l’eau qui emploie aujourd’hui cinq personnes.

En savoir+ >>>ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>