Tremblay : interpellation publique du maire au cours d’un meeting électoral

Nous publions l’excellent argumentaire prononcé par René Durand, pour interpeller publiquement François Asensi, le maire de la ville de Tremblay-en-France, lors d’un meeting électoral, au sujet de la reconduction du contrat en cours avec Véolia (reconduit sans discontinuité depuis 40 ans!) et sur la qualité de l’eau distribuée au robinet.

« Monsieur le Maire,
Mesdames, Messieurs,

Vous avez décidé de vous représenter aux élections municipales de mars 2014 pour diriger la ville de Tremblay-en-France pour les six ans à venir. Parmi les dossiers qui s’imposent à vous, la production et la distribution de l’eau potable.
C’est un domaine dans lequel la loi vous donne d’importants pouvoirs, tant en matière de gestion publique et démocratique, que de tarification sociale ou de préservation de la ressource. Maire de la seule ville de Seine-Saint-Denis où l’on trouve une régie communale de distribution d’eau, vous savez certainement de quoi je parle.
Comme membre de la Coordination eau Île-de-France, permettez-moi d’attirer ce soir votre attention sur le fait que le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable de Tremblay-en-France – Claye-Souilly, dont votre ville est adhérente, va renouveler en 2016 le contrat d’affermage par lequel il a délégué la gestion. C’est Veolia, qui est l’actuel délégataire de ce service. En réalité, cette société gère ce service de l’eau depuis les années 1970, et cela sans discontinuer !

Certes, à l’heure actuelle rien ne peut être encore définitivement décidé quant au choix du mode de gestion à venir. C’est en effet le comité syndical, l’organe délibérant de ce syndicat, qui après avis de la commission consultative des services publics locaux, aura à choisir, sur la base d’un rapport technique, juridique et financier, entre une gestion en régie directe ou une gestion déléguée. Aussi surprenant que cela soit, sans attendre ce choix futur, ce syndicat laisse clairement entendre que « Pour la gestion de son réseau, le SIAEP TC s’oriente vers la délégation de service public sous la forme juridique d’un affermage ».

La Coordination eau Île-de-France, engagée en faveur de l’eau bien commun et du droit humain à l’eau, estime que la gestion de ce service doit être publique, ne peut être privatisée et doit se faire sous le contrôle citoyen des usagers.

Comme vous le savez, la délégation de service aux entreprises dessaisit les élus de leurs responsabilités. Ce mode de gestion a permis à ces grands groupes comme Suez, Veolia ou la SAUR de devenir des fers de lance de la mondialisation financière. Or la France est le berceau de ces multinationales, et cela donne aux citoyens français, et à notre organisation, une responsabilité particulière.

La délégation de service public a aussi des conséquences directes sur la facture des usagers.
Aussi, il nous semble important que le choix soit débattu en toute clarté avec les citoyens à l’occasion de la campagne électorale. Dans ce sens, je vous prie de vous prononcer, dès ce soir, sur votre intention ? Une gestion publique ou le maintien de la gestion privée existante ?

Enfin, permettez-moi de vous rappeler l’action que nous conduisons quant à la qualité de l’eau distribuée par l’usine de Veolia située sur le territoire d’Annet-sur-Marne. En effet, en période hivernale, à chaque décollage sur la plate-forme aéroportuaire de Paris CDG, les avions sont dégivrés, déverglacés, et les pistes déneigées. Les produits et les molécules chimiques diffèrent selon l’objectif poursuivi, mais plusieurs composants à base de glycol sont utilisés dans ces opérations.
Ces produits chimiques, malgré les traitements mis en oeuvre pour les éliminer, sont rejetés au final dans le milieu naturel. La présence de glycol a été relevée dans la Marne, dont les affluents (Reneuse et Beuvronne) recueillent la majeure partie des rejets d’eau pluviale en provenance de la plate-forme via le bassin des Renardières. Ce rejet se fait juste avant la prise d’eau de l’usine de production d’eau potable située à Annet-sur-Marne.
Cette situation nous a conduits à demander au tribunal administratif l’annulation de l’arrêté préfectoral autorisant les rejets des eaux pluviales de l’aéroport dans la Marne. Notre inquiétude est d’autant plus grande que les mêmes affluents de la Marne reçoivent les eaux pluviales en provenance de sept décharges situées dans les environs ! Le Parisien du 4 février dernier s’en est d’ailleurs fait l’écho. Peut-on vraiment produire de l’eau potable à partir d’une eau brute aussi dégradée ? Veolia répond oui, sur la base de ses compétences technologiques, mais les analyses de l’eau produite montrent que non !

En tout état de cause vous nous trouverez à vos côtés dans toutes les initiatives que vous compterez mettre en oeuvre pour un débat citoyen sur ces questions.
Enfin sachez que nous comptons saisir par écrit, mais aussi oralement comme ce soir, tous les candidats aux municipales des villes adhérentes de ce syndicat, en leur demandant de se positionner sur cette question de la gestion de l’eau, bien commun qui ne peut être considéré comme une marchandise ! »

Pas de réponse du maire pour le moment!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *