Yvelines : l’AREP-CAMY obtient des réponses !

L’AREP-CAMY a adressé une lettre et une brochure argumentée aux 35 Maires sortants – pour la plupart candidats à leur propre succession – ainsi qu’à leurs challengers déclarés (lorsque nous avons pu trouver leurs coordonnées postales !).

Ce courrier leur demandait de se prononcer et de s’engager sur deux points :

  • obtenir des délégataires actuels (Veolia et Lyonnaise des Eaux-Suez) que le tarif réduit des 49 premiers m 3 soit appliqué à toutes les unités d’habitation, y compris dans les immeubles collectifs qui ne disposent que d’un seul compteur.
  • prendre l’engagement de rétablir une régie publique de l’eau dans la CAMY à l’échéance du contrat principal (2017), permettant aux petites communes de s’y agréger progressivement à l’échéance de leur propre contrat et d’unifier ainsi l’ensemble de la CAMY dans une régie publique de l’eau et de l’assainissement.

Découvrez les réponses >>> ICI

Les Mur’Eau dans les Yvelines : lettre aux candidats

Les Mureaux, le 9 mars 2014

Madame la candidate, tête de liste aux élections municipales de mars 2014,

La coordination « Eaux Ile de France » a décidé de s’adresser à tous les candidats pour les sensibiliser sur l’importance d’une gestion publique de l’eau et solliciter leur point de vue sur ce sujet important pour les habitants.

Des élus, des représentants d’ONG et des citoyens ont participé au forum alternatif mondial de l’eau du 14 au 17 mars 2012 à Marseille. Ils ont élaboré une déclaration finale dont voici quelques extraits :

«… nous partageons une vision commune de l’eau. Nous la considérons comme un bien commun et non comme une marchandise. »

« …l’eau est la condition de toute vie sur la planète et que le droit à l’eau et à l’assainissement est un droit humain fondamental et inaliénable ; nous insistons sur le fait que la solidarité entre générations présentes et futures doit être garantie ; nous rejetons toute forme de privatisation de l’eau et déclarons que la gestion et le contrôle de l’eau doivent être publics, coopératifs, participatifs, équitables et non orientés vers le profit. »

« …Nous considérons qu’il est urgent et indispensable d’instaurer une « démocratie réelle: les populations concernées doivent participer et se prononcer sur les décisions portant sur l’usage,
le partage et la protection de l’eau, comme, par exemple, le choix du mode de gestion ou la
réalisation  d’un grand projet. Les citoyens et les associations doivent être parties prenantes de la gestion de l’eau. »

Dans cette dynamique, une bonne centaine de collectivités locales françaises ont repris la gestion de l’eau en régie publique (Grenoble, Montbéliard, Evry, les lacs de l’Essonne, Rouen, Paris… mais aussi Castres, Saint Malo et Nice…). Aussi, vous comprendrez que nous renouvelons notre appel auprès de vous pour retirez cette gestion de l’eau par ceux qui engrangent des profits faramineux.

Le kit que nous nous permettons de vous adresser présente les différents enjeux de ce sujet.

Notre association souhaite qu’au terme du contrat qui lie votre commune au distributeur, une concertation soit organisée lors de votre prochain mandat.

Nous comptons sur vous pour en informer l’ensemble des candidats de votre liste.

Nous sommes à votre disposition pour toute information complémentaire.

Dans l’attente de vous lire, veuillez agréer, Madame la candidate, l’expression de nos sentiments

distingués.

Collectif « Les Mur’Eau », pour le retour de l’eau en régie publique

lesmur-eau.overblog.com/‎

Franche-Comté : débat à l’Isle-sur-le-Doubs

La liste CAP 2014 fait de l’eau la priorité de la campagne pour les municipales, et organise une conférence publique pour passer au crible le problème du prix de l’eau dans la commune.

Étrange pièce à conviction : un courrier en tête Veolia signé par le maire de la commune ! >>> voir ici

RÉUNION PUBLIQUE DE

CAP SUR 2014 L’ISLE-SUR-LE-DOUBS

LE LUNDI 17 MARS À 20H00

À LA SALLE DES FÊTES

Le problème du prix de l’eau à l’ISLE SUR LE DOUBS

Intervenant : Jean Luc TOULY, conseiller régional, responsable eau Fondation Franec Libertés Danielle Mitterrand, membre du Comité National de l’Eau, auteur de « Le vrai pouvoir du citoyen-Manifeste de désobéissance civile », Edition F. BOURIN –        Spécialiste des problèmes de gestion de l’eau au sein de l’association nationale ANTICOR

EAU EST R

 

Troye : une regie publique est possible

Dimitri Sydor met l’eau au cœur de la campagne

Troyes – Dimitri Sydor a organisé une réunion publique sur la gestion de l’eau aux côtés de deux invités. Tous ont défendu la maîtrise publique de l’eau.

Nous faisons le choix de la maîtrise publique de l’eau  », a réaffirmé Dimitri Sydor. Un choix inscrit dans le projet du candidat socialiste à la mairie de Troyes. Vendredi soir, au Petit Louvre, devant une quarantaine de personnes, Dimitri Sydor et son équipe ont organisé une réunion publique sur le thème de « L’eau demain à Troyes ».

La gestion d’eau potable est « d’une actualité vive à Troyes », a-t-il-rappelé faisant ainsi référence au jugement du tribunal administratif qui a annulé, en janvier dernier, la prorogation du contrat de distribution d’eau entre Troyes et Véolia entre 2015 et 2018. En effet, en 1993, la Ville a délégué le service public d’exploitation de l’eau potable à une société privée appartenant au groupe Véolia pour une durée de 25 ans au lieu des 20 ans comme l’impose désormais la loi.

Dimitri Sydor a invité deux personnalités afin d’animer la réunion publique : Christophe Lime, maire adjoint PCF de Besançon en charge de l’eau et de l’assainissement et Jean-Luc Touly, responsable de l’eau à la Fondation France Libertés Danielle Mitterrand et conseiller régional Île-de-France EELV. Tous deux ont fait part de leur expérience sur le terrain et ont expliqué les différentes alternatives de gestion publique de l’eau.

« Un retour en régie publique est possible à Troyes », a lancé Christophe Lime. Les deux invités ont aussi voulu rassurer : « Aux États-Unis et en Allemagne, 90 % du réseau d’eau potable est gratuit. En Suisse, il est de 100 % », a précisé Jean-Luc Touly. « Nous avons toujours été en régie publique et on y arrive. C’est une belle aventure et il ne faut pas la laisser au privé », a conclu Christophe Lime.

La maîtrise de l’eau sera l’un des premiers dossiers que l’équipe municipale qui sortira vainqueur des urnes, fin mars, aura à traiter.

Article publié 09/03/2014 /  Libération Champagne

Midi Pyrénées : le front de G’Auch’ s’engage!

Auch. L’eau, éternel sujet de campagne

Publié le 14/03/2014 , La Dépêche

Joëlle Reynaud, tête de liste «L’Alternative, le Front de G’Auch», mercredi soir au Mouzon./Photo DDM, N. Debbiche

La liste conduite par Joëlle Reynaud fait de la régie municipale de l’eau son sujet de campagne. Ce dossier auquel la municipalité sortante n’a pas renoncé a déjà fait l’objet d’un débat tranché en 2011.

L’eau des Auscitains gérée directement par les Auscitains et non pas confiée à des entreprises privées comme Véolia, tel est le thème de campagne de la liste des alternatifs conduite par Joëlle Reynaud. Mercredi soir, une réunion publique était organisée sur ce thème. Une cinquantaine de personnes y ont participé et ont entendu les interventions de deux invités, Patrick du Fau de Lamothe, conseiller régional d’Aquitaine, et Bernard Magné, le président du syndicat intercommunal des eaux du bassin de l’Adour gersois. Exprimée en introduction par Joëlle Reynaud et ses colistiers, la position de la liste «L’Alternative, le Front de G’Auch» est claire. Elle tient en une formule sans appel : l’eau est un bien commun, elle ne doit pas rapporter un centime aux actionnaires d’une société privée. Et la tête de liste d’ajouter : «L’équipe qui sera élue en 2014 sera celle qui devra choisir de mettre en place la régie municipale de l’eau en 2017.» 2017 est en effet l’année où s’achève le contrat de délégation de service public (DSP) confié en 2011 à Véolia et à la SAUR. L’année où se reposera la question du passage en régie auquel l’équipe du maire sortant n’est pas du tout hostile. «C’est même pour cette raison que nous avons volontairement limitée à six ans la durée du contrat passé avec Véolia» explique Maurice Salles, l’adjoint au maire chargé du dossier. Partisan avec d’autres du passage en régie, l’élu communiste qui ne se représente pas, a fait le forcing lorsque la question s’est posée en 2011. Les études comparatives réalisées entre les propositions des entreprises privées et une option de passage en régie ont mis en évidence un surcoût de 600 000 € pour la régie. Sur un budget annuel d’environ 2 millions d’euros, l’écart est énorme. La raison ? «La ville ne dispose pas des capacités techniques et des savoirs faire suffisants pour faire fonctionner une régie» explique Maurice Salles. C’est donc le choix de la DSP qui a été fait avec une première conséquence heureuse pour les usagers : le prix de l’eau a baissé en moyenne de 20 %. «Pour autant, dit-il, nous n’avons pas renoncé et nous mettons à profit la durée du contrat de délégation pour nous doter de l’expertise et des ressources nécessaires.» Le dossier reste ouvert.


repères

Le chiffre : 12. 500

abonnés >

au service de l’eau. C’est environ le nombre d’abonnés sur Auch.


Gestion transparente

Délégation à une entreprise privée ne signifie pas non plus opacité. Une régie de contrôle et de surveillance a été mise en place. Des élus et des représentants de cinq associations y siègent et veillent deux fois par an au respect des dispositions du contrat. Un système particulièrement contraignant pour le délégataire qui doit également remettre chaque année au mois de mai un rapport d’exploitation détaillé. En 2010, la Ville s’est dotée d’un service de l’eau qui emploie aujourd’hui cinq personnes.

En savoir+ >>>ici