Mont Ventoux: les canons à neige tombent à l’eau

Le projet de produire de la neige artificielle a été abandonné mais la station se diversifie avec d’autres activités

Sorties - Loisirs - Au Mont-Ventoux, les canons à neige tombent à l'eau
Trop coûteux et pas franchement adapté aux températures en hausse de ces dernières années, le projet d’installer des canons à neige au Mont-Serein n’est plus d’actualité.PHOTO VALÉRIE SUAU
 

Enfin une bonne nouvelle pour la station du Mont-Serein perchée à entre 1 400 et 1 800 m. L’idée des canons à neige à 1,5 million d’euros est… abandonnée. Et de nouvelles activités « 4 saisons » devraient voir le jour si tout va bien dès l’année prochaine. Un choix plutôt judicieux vu les températures et le coût.

En avril 2013, les conseillers généraux votaient une subvention d’1,5M€ pour l’installation de canons à neige.

En 2015, le projet était toujours d’actualité et les études en cours de réalisation. Au plus tard en 2017, la station aurait dû être équipée d’une dizaine de canons. Manifestement, un coût élevé de l’installation, les conditions météo et les contraintes liées à l’utilisation de l’eau -un point largement dénoncé par le collectif « Environnement Ventoux-Comtat »- sont sans doute les principaux éléments qui n’ont pas permis l’autorisation.

Mais ce n’est pas pour autant que la station va s’arrêter de vivre assure son directeur Florian Conil. Même sans la neige… qui n’est toujours pas au rendez-vous en ce début janvier. « C’est presque normal pour nous de ne pas avoir de neige à cette époque. Cela fait six ans que nous n’avons pas eu de neige pour les vacances de Noël. L’an dernier, la station a ouvert deux fois 15 jours en mars. Le gros de la saison se fait entre fin janvier et fin mars, même s’il y a eu un peu de monde pendant les dernières vacances ».

Un tapis roulant de 130 mètres

Forcément, un peu inquiet, le directeur préfère parler d’avenir, du développement de l’existant comme l’accrobranche ou le Dévalkart mais surtout des futures activités. « Nous avons dans l’idée d’installer un tapis roulant sur 130 m pour les ‘lugeurs’ l’hiver mais qui servira aussi pour d’autres activités comme la descente à vélo, sur la piste de luge, en dehors de la saison hivernale », développe Florian Conil avant d’énumérer les autres projets : une piste de « tubing » pour des descentes en bouées à coques dures ou l’installation d’un « big air bag » qui permet de faire des sauts et d’atterrir sur un gros coussin gonflable. Un petit parc de vélos électriques devrait aussi voir le jour pour permettre d’accéder au sommet du Géant de Provence.

Se diversifier pour sauver la station

Le montant de ces projets portés par le SMAEV (syndicat du Ventoux) s’élève à environ 650 000 € mais comprend aussi l’entretien de l’existant et pourquoi pas d’acquérir à l’avenir un ou deux canons (la station en possède déjà un) pour ouvrir quelques pistes l’hiver.

« Pour sauver la station, nous devons nous diversifier et vivre avec d’autres activités toute l’année sans changer l’état d’esprit et conserver un climat familial. C’est un beau site car l’homme est sur place pour l’entretenir et le protéger », conclut-il.


2013, le débat dans l’hémicycle

À l’époque lorsque le débat s’est invité à la séance publique au Conseil général, seul l’élu écologiste, Olivier Florens s’était abstenu sur la question des canons à neige.
Nous étions en avril 2013. Et lors de l’hiver 2012, la station du Mont-Serein n’avait pas pu ouvrir une seule journée. Sur les bancs de droite comme de gauche (à l’époque majoritaire dans l’hémicycle), les élus s’étaient prononcés en faveur des canons.

Coût du projet : environ 1,5 million d’euros, « afin de garantir une qualité d’enneigement nécessaire à l’équilibre financier de l’activité de cette station, souffrant comme bon nombre d’autres stations de moyenne montagne d’un déficit chronique d’enneigement naturel », avait rapporté alors l’élu Xavier Bernard.

« Cela permet d’avoir le maintien d’une activité économique sur le site pour quinze ans », affirmait même le président Claude Haut.
« La France prend un 1,6 ºC par an dans le Sud ; les précipitations chutent de 10 %, ce qui assèche les nappes phréatiques. Alors est-ce bien raisonnable de monter autant d’eau au sommet du Ventoux au lieu de tenter une diversification de ce domaine ? », rétorquait de son côté, Olivier Florens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>